CONSOLIDATION AUX ATELIERS DE MAKA

par Patrick Moulinier

Quatre visites en ce mois de novembre aux ateliers de transformation du Typha à Maka.

Et toujours un régal que travailler avec ce groupe, doué d’une grande réactivité, et ouvert à l’innovation.

Mission express dans le Fuuta

par Patrick Moulinier

Un court séjour multifonctions : tout d’abord, des rencontres avec les opérateurs de la Maison des Yvelines d’Ouro Sogui, puis visite et passage en revue des trois périmètres irrigués sur lesquels nous travaillons: Doumga Rindiaw, Agnam Lidoubé, Sinthiou Garba.

Les peintures sur papyrus de typha s’exposent à Paris

par Maryse Moulinier

Du 15 juillet au 15 août dernier, le CERADS a exposé sur la péniche Daphné, grâce à l’accueil toujours précieux de Christine Gélain. Nous y avons présenté des peintures sur papyrus de typha et des papyrus égyptiens, et accueilli de nombreux visiteurs dont certains venaient des 4 coins du monde. L’originalité du produit et sa […]

COUPS DE PROJECTEUR SUR LE PAPIER DE TYPHA

par Patrick Moulinier

Notre dernier long séjour à Saint-Louis du Sénégal (mars et avril 2017) a été l’occasion de promouvoir le papier issu de la transformation du Typha auprès d’un large public, grâce à la participation du CERADS à deux manifestations.

Fabrication Artisanale de Savon à Maka

par Marceline Diene

Suite à la mise en place de l’atelier de fabrication de papier de typha au village de Maka, nous avions le souci de recycler proprement les bains de soude servant au trempage des tiges de typha; avec l’aide de Marceline Diene, nous avons initié une production de savon, et elle décrit dans cet article le processus de fabrication.

Bilan du premier semestre 2016

par Patrick Moulinier

Une activité dense et variée pour le CERADS en ce début d’année 2016, organisée autour d’un nouveau long séjour (7 février -18 avril) des Moulinier sur plusieurs zones (Dakar, Saint-Louis, Sine Saloum et Fuuta) puis d’une mission conjointe de Marc Verwilghen (Trésorier) et Eugène N’Dione (correspondant permanent) : Casamance, Fuuta et Saint-Louis.

Le papyrus de Typha

par Patrick Moulinier

L’histoire qui suit est l’exacte relation de la plus belle et excitante aventure qu’il nous ait été donné de vivre au sein de l’ONG. Transformer le Typha, plante invasive des rives du fleuve Sénégal, en papier d’art, à l’instar du papyrus égyptien, est une idée en soi, simple, compte tenu de son important contenu cellulosique. Mais transcrire cette idée en un projet réel a été un long chemin. Comme toujours, sa concrétisation a été rendue possible par la rencontre d’hommes ou de femmes-clefs, aux différentes étapes d’élaboration du projet. Qu’ils en soient ici remerciés.